Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 13:53

Samedi soir, 20 h, je reviens tout juste d'une virée de 600 km de bagnole sur les routes enneigées du massif central. Un peu crevé, je téléphone à Marianne qui me propose une grande voie :
"Jojo le Bricoleur à Omblèze, 5 longueurs 6a+ max
- A ouais 6a+ quand même...Et t'as le topo ?
- Non mais Romain, mon pôte qui est BE d'escalade m'a dit que c'était vraiment tranquile, ça se fait bien en hiver, c'est très bien équipé et vraiment évident de trouver le départ.
- Bon Ok on se retrouve là-bas
."

En fait avec les explications plus que vagues que Romain avait fournit à Marianne on a essayé t'attaquer le pilier qu'on voit à droite de la photo alors que la voie se trouve dans le dièdre jaune à gauche de la photo...

Au pied de ce magnifique pilier on cherche désespérément la voie, aucun spit en vue.  A force de chercher on trouve un vieux piton. Etienne s'y essaye et se trouve aux prises avec un rocher complètement pourri et végétalisé, après avoir fait tomber quelques gros blocs, il finit par renoncer.
C'est quand même bizarre pour une voie "très bien équipée où l'attaque est évidente". En plus en levant les yeux, le pilier est effectivement magnifique mais aussi très impressionnant avec ses 2 fissures parallèles et déversantes..."Oui mais Romain a dit que c'était déversant...". Au bout d'une bonne demi heure à scruter la paroi, il faut se rendre à l'évidence, on sait pas où c'est, on a merdé ya plus qu'à redescendre !
Heureusement le gars du gîte au pied de la paroi nous donnera l'explication "Vous étiez sur un secteur interdit, je crois qu'il y a eu Piola qui a tracée une voie la dedans, je sais pas si ça va jusqu'en haut...Jojo c'est dans le dièdre là-bas."

Quand on arrive au pied de la voie, il est 15 h : idéal pour attaquer une grande voie orientée Est en plein hiver... Etienne se lance dans la première longueur et rapidement on l'entend pester, il a mal géré son tirage et puis ça à l'air d'envoyer. Je suis pas rassuré car je dois grimper en tête derrière lui (je fais cordée avec Benj et Etienne avec Marianne) et que je sais que je grimpe bien moins bien...Finalement je passerais en tirant au point tout du long et en mettant même des sangles dans mes dégaines sur la fin...Pas joli, joli l'artif dans du 5c.

Etienne dans L2. Il aura la mauvaise idée de sauter un relais et devra redescendre, toujours en pestant. Perso je n'ai plus du tout envie de grimper en tête, du coup je me mets sur le deuxième brin de la corde d'Etienne et fais en suite venir Benj avec la mienne. Il fait vraiment de plus en plus froid et je ne suis pas du tout à l'aise dans cette escalade athlétique.

Marianne en spéléo style dans la cheminée.

Benjamin arrive en haut de L3 tandis qu'Etienne est déjà dans le rappel de descente...Et oui on a pris un but ! Il allait faire nuit, on sentait plus nos mains et plus personne voulait passer en tête. La seule solution était d'abandonner.

Le début de L4 que nous n'aurons pas la joie d'explorer cette fois...

Un dernier petit coup du sort : le rappel qui se coince, heureusement pas bien haut....

Voilà donc une journée pas très glorieuse mais finalement assez sympa : on a eu froid, on a eu peur, il fait nuit et on est crevé. On a pas été en haut mais on a trouvé ce qu'on cherchait : en chier un petit peu !

En tout cas c'est très beau et ça donne envie d'y revenir quand il fera meilleur et qu'on sera plus en forme.

Partager cet article
Repost0

commentaires

R

Alors comme ça t'as fait une virée de 600 bornes.... Hum intéressant!


Répondre
R


Oui j'étais parti réaliser la plus belle ascension de ma vie ;-)