Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 14:00

Pour ce long week-end du premier mai j'emmène Vincent, un pote de promo d'Angers, à la découverte des hauts plateaux du Vercors. Trois jours et deux nuits à la rencontre de la beauté, de l'immensité et de l'isolement.
Quand on fait de l'alpinisme ou de l'escalade sur le Vercors, l'arrivée sur les hauts plateaux - après de longues heures d'efforts en milieu vertical - sonne toujours comme une récompense et une délivrance. Mais il faut souvent redescendre avant d'avoir pu en profiter pleinement. Cette fois c'est différent, le but est d'aller à la rencontre de ses grands espaces pas de lutter avec leurs remparts.

Pour le coup nous choisissons un accès carrément pépère : la montée par le Pas de Chabrinet que l'on voit au centre de la photo.

 

Arrivée sur les hauts plateaux : le refuge de Pré Peyret.

Photo Vincent T.

"Bon et maintenant c'est part où ?"  Tout droit vers le Grand Veymont !

 

L'arbre Taillé qui règne sur la Plaine de la Queyrie. Un lieu magique, où le Vercors nous joue des mélodies de savane africaine...



Photo Vincent T.

Photo Vincent T.
Je me rends compte que je ne suis jamais allé saluer le houppier de l'arbre taillé qui m'a nombre de fois protégé du soleil pour une petite sieste. C'est désormais chose faite !

Un dernier regard en arrière sur la Plaine de la Queyrie...

Arrivée en vue du Grand Veymont, le point culminant du Vercors et notre objectif de demain matin.

Un fragment des hauts plateaux à la dérive dans le Trièves : Le Mont Aiguille.


Le Grand Veymont et l'Aiguillette.


Photo vincent T.

La cabane de l'Aiguillette où nous passerons notre première nuit. Il y a encore une quantité de neige exceptionnelle pour la saison : il faut accéder à la cabane par une tranché creusée dans la neige.
Nous serons cinq dans cet espace exigu ce qui n'empêchera pas la nuit d'être fraîche.

Réveil à la cabane de L'Aiguilette, à deux sur la banquette étroite, ce fut une nuit sans sommeil...

Lumière matinale sur le Pilier Nord du Mont Aiguille qui fume comme une usine à rêves.


 


Sur la montée au Grand Veymont, rencontre avec les maîtres des lieux. (Je sais les deux dernières photos sont presque les mêmes mais c'est la faute aux bouquetins : ils sont pas capable de tourner la tête en même temps ces fichus bestiaux !).

Arrivée au sommet du Grand Veymont dans la neige et le brouillard. Tiens ça me rappelle des souvenirs récents...



Les chocards, toujours prêts pour chaparder un peu de bouffe...

La traditionnelle photo con du sommet...

Photo Vincent T.  On the way down...

 

Photo Vincent T.  Le brouillard nous a privé de la vue sur les balcons Est mais pas de celle sur le Mont Aiguille.

Photo Vincent T. On est bien petits...

 

Photo Vincent T. Immense.

 

Sur la liaison entre la cabane de l'Aiguillette et le refuge des Chamailloux. On a voulu prendre un itinéraire original passant par une petite combe et on s'est bien paumés. Un trek dans le Vercors permet de se retrouver mais aussi de se perdre !...

Ce secteur est parsemé de cairns d'un genre particulier...Témoignage de la capacité de la connerie humaine à envahir même des lieux aussi purs.

Arrivée à proximité du refuge. Le Pilier Sud du Mont Aiguille, grandiose.


Nous profitons de la magie des lumières matinales après une bonne nuit dans le tout confort refuge des Chamailloux. L'objectif initial de la journée était de traverser tous les hauts plateaux pour redescendre par Châtillon. Mais vu la quantité de neige qui rend la progression pénible, nous optons pour une petite visite à la Vire du Rocher des Heures suivie d'une descente par le col des Bachassons.


Au petit col entre Rochers des Heures et Rochers des Traverses...

 

La vire du Rocher des Heures parcourue par un sentier au bout duquel on peut observer un cadran solaire géant : l'été le soleil éclaire tour à tour les gigantesques piliers du Glandasse à heures précises. Mais vu le gros névé qui recouvre la vire, la parcourir par ces conditions serait suicidaire. Nous décidons donc un sage demi-tour...

 

Photo Vincent T.
La vue de toutes ces grandes parois réveille mon démon de la grimpe...C'est un pauvre arbre mort qui en fera les frais !

 

Vue depuis le sommet des Rochers des Traverses. Dans le fond le Grand Veymont dont nous foulions le sommet hier matin, à nos pieds le col des Bachassons que nous emprunterons bientôt pour redescendre. 
Nous embrassons d'un même regard futur, passé et présent. C'est aussi ça la magie du Vercors : une toile immense où s'inscrivent les expériences vécues et se projètent les rêves.

La redescente nous ramène à la réalité de nos existences respectives. Nous avons marqué le Vercors de l'emprunte de nos pas et lui nous a laissé l'irrépressible besoin de revenir se perdre dans son immensité...
Partager cet article
Repost0

commentaires

F

Le printemps prochain, je fais ma trace... merci pour ces photos!


Répondre
R

Hésite pas à me contacter si tu veux des infos sur les conditions et les itinéraires. A+ "Frère Tang Junior" (ça pète ce nom, digne d'un Yakuza !)


U
Tout simplement magnifique, ces photos sont splendides et reflètent bien l'âme du vercors. Merci
Répondre
S
De magnifiques photos. Merci Vincent!
Répondre
K
petite suggestion pour tes bouquetins basée sur un vieux proverbe algonquin : "quand la nature résiste, saint-photoshop existe"

[img]http://gallery.photo.net/photo/9270520-lg.jpg[/img]
Répondre
R

Coucou, effectivement il ne faudrait pas longtemps à photoshop pour faire regarder ces maudites bestiolles dans le bon sens ! Ta balise image ne fonctionne pas...qu'est ce que c'est ? Sinon j'ai
fait un petit tour sur ton site de photos...Du beau boulot !