Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 14:19

Claude a des points de suture tout frais sur la malléole et Roland est parti en emportant malencontreusement mon jeu complet de coinceurs et friends. La veille nous avons passé la soirée dans les bars de Chamonix en abusant assez massivement du Picon de bière...C'est comme ça que nous avons croisé un jeune guide qui nous a conseillé cette voie toute équipée, à deux pas de la télécabine du Brévent et apparemment intéressante.

 

trace

                          Tracé approximatif de la voie.

 

Réveil tardif, temps maussade et motivation basse...mais bon il faut se bouger : on n'est pas venu ici pour trainer les bars !

 

P1000202

                       Arrivée au pied de la voie...

 

Quand nous arrivons au pied de la voie il n'est pas loin de 13 heures. Il y a un brouillard à couper au couteau, plein de monde dans la voie et je me rends compte que j'ai oublié mon casque...C'est bien parti !

 

P1000203

                                                   L1 avec un pas de dalle en 6a assez fin...

 

P1000207

                                                   Vu sur L2 en 5b.

 

P1000210

                                                  Claude dans la traversée délicate de L2.

 

Le rocher est un peu humide et pas très adhérant mais l'escalade est assez instinctive. La voie a l'air d'avoir été bien assainie par le passage mais je ne suis quand même pas très rassuré, sans casque avec tout ce monde au dessus...

 

P1000220

                                                   Le dièdre de L3 en 5c.

 

P1000216

                                                    Ca bouchonne à R3...

   

P1000232

 

P1000233

 

P1000237

 

P1000239       Claude à l'oeuvre dans L4. Quelques pas de dalle au début et une fin dans une fissure dièdre large et athlétique.

 

P1000246

 

P1000247

 

P1000249

                     Le très beau dièdre en 5c de L5.

 

Le dièdre de la dernière longueur avait été parcouru par Roger Frison-Roche en 1943 qui s'était fait assuré depuis le haut, d'où le nom de la voie.

 

S'il avait fait beau, si j'avais eu mes coinceurs et si je ne m'étais pas bourré la gueule la veille, je ne serais jamais allé dans cette voie ! Mais bon, au vu de la situation, c'est peut être ce qu'on avait de mieux à faire. A deux pas du téléphérique, dans un niveau accessible et équipée avec des spits tous les deux mètres, c'est forcément une voie à embouteillage. Le genre d'itinéraire que je fuis à tout prix !

Cependant il y a de beaux passages d'escalade et une certaine ambiance du fait de la raideur de la paroi. Bref, c'est une voie de grande consommation, pas vraiment mémorable mais qui s'avère parfaite pour mettre à profit une journée perdue...

Partager cet article

Repost 0

commentaires