Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 10:00

Mi-mars une période de redoux suivi d'un coup de froid laisse enfin présager de bonnes conditions dans les goulottes du Vercors. Comme nous savons que ce créneau favorable risque d'être de courte durée, nous choisissons méticuleusement la ligne à honorer de notre visite. Nous jetons finalement notre dévolu sur la Goulotte du Bloc coincé aux Tours du Playnet pour le cadre enchanteur des balcons Est, l'ambiance qui promet d'être terrible et son niveau de difficulté qui atteint le maximum que nous pouvons viser vu notre expérience. Le topo C2C de cet itinéraire est disponible ici.

 

Comme on ne change pas une équipe qui gagne, celle-ci sera la même que pour la dernière sortie : Tof, Max et moi-même. C'est ensuite le scénario classique des départs pour les sorties hivernales : réveil 3 h 30, départ 4 h et arrivée au parking aux aurores après un trajet en voiture avec les yeux collés. Pendant que Max tente de diluer ce qu'il a bu la veille avec un peu de café préparé dans son coffre, nous restons assez longtemps sur le parking à observer notre objectif du jour qui, malgré sa raideur, semble presque accueillant sous la lumière chaude du petit matin. Avec tout ça il est plus de 7 h 30 quand nous nous mettons enfin en route.

 

trace

      (Photo Max)

 

trace2

             La Goulotte vue depuis le parking.

 

La neige étant bien transformée, l'approche n'est pas trop éprouvante et s'effectue sans les raquettes ce qui est très appréciable.

 

01M

           Arrivée au pied de la goulotte : on est bien petits !...(Photo Max)

 

Tof nous accompagne jusqu'au départ de la goulotte mais choisit de faire le tour et de nous retrouver en haut car il ne se sent pas d'attaque. Nous ne sommes donc plus que deux quand nous attaquons la première longueur un peu avant 10 heures. Enfin pas exactement puisqu'une autre cordée de 2 nous précède : ce genre d'itinéraire est peu fréquenté mais les périodes favorables étant très courtes, il n'est pas rare d'avoir de la compagnie, surtout un dimanche.

 

02

                               Max dans L1  

 

Max se charge de la première longueur, déjà très encaissée avec un joli passage à 70°. Il installe son relais en rive droite, sur deux pitons en place pour le parcours estival. A celui-ci nous nous faisons copieusement canardé par la cordée qui nous précède. Des morceaux de glace perforent la neige tout autour de nous et quand un gros bloc éclate sur le casque de Max, je quitte le relais comme un poilu traqué par les salves ennemies !...

 

03

 

04

                                  Vue sur le haut de L2 : la grande ambiance est déjà là !

 

La deuxième longueur présente un ressaut de trois ou quatre mètres quasi-vertical. Il est en bonnes conditions avec suffisamment de glace. La principale difficulté pour moi est donc de choisir le bon moment pour passer entre deux bombardements de glaçons...Un peu plus haut je trouve une belle fissure en rive gauche qui me permet d'installer un solide relais à l'abri des chutes de glace.

 

05

                              Max à R3. On aperçoit le ressaut du bloc coincé de L4 derrière lui.

 

06M

                                        Sur la fin de L3 (Photo Max)

 

Bien qu'elle ne comporte aucune difficulté notable la troisième longueur se déroule dans une belle ambiance très encaissée.

 

07

                                           Le ressaut du bloc coincé de L4.

 

Pour la quatrième longueur le topo annonce un passage de bloc coincé en M5. Je ne savais pas trop à quoi ça correspondait mais maintenant je sais que c'est grosso modo mon niveau maximum...

Il y a un piton en place au pied du ressaut qui me sera bien utile puisque je chuterai dessus en escaladant les premiers mètres en neige raide. Au deuxième essai je parviens à franchir ce mur de neige et j'atteins une petite cavité sous le bloc coincé. Comme je viens de m'en mettre une et que la sortie est surplombante, je pose dans la grotte une quantité de protections suffisante pour retenir un éléphant. Je peux ensuite me lancer sereinement dans ce passage : crochetage sous le surplomb, ancrages en glace vive et réta en neige dure...Magnifique et bien technique !

 

08

 

09

              Max progresse dans le couloir de neige raide et encaissé de L4 au dessus du ressaut du bloc coincé.

 

Au dessus du ressaut du bloc coincé, un superbe couloir très encaissé mène au quatrième relais que j'installe dans une petite cavité confortable au pied d'un passage raide.

 

11

                                  Au dessus du petit passage raide qui domine R4

 

10

                            L'entrée de la grotte...  

 

Max prend le relais pour L5 qui nous conduit dans la grotte. Là il y a un petit cafouillage par rapport au topo puisqu'il était sensé avoir une sixième longueur avant la longueur clé...Bref nous voilà dans la grotte devant le crux...Qui y va ? Normalement c'est mon tour, mais la dernière fois c'est moi qui me suit chargé de la longueur clé et Max du petit ressaut teigneux. Puisque je viens justement de me taper un petit ressaut teigneux, le crux revient en toute logique à mon camarade. De plus celui-ci est surmotivé, il regarde les parois gelées qui nous dominent avec les yeux d'un enfant devant un énorme gâteau au chocolat...

   

12M

                  Une petite onglée dans la grotte...Que c'est agréable !! (Photo Max)

 

13

                      Max au départ de la longueur clé.

 

14

                       Max dans le superbe passage en opposition pour sortir de la grotte.

 

Comme promis par le topo la longueur pour sortir de la grotte est "difficile", "expo" et "magnifique". Plusieurs variantes doivent être possibles mais nous avons procédé comme ceci : Tout d'abord un peu de ramonage en traversée ascendante vers la droite (pendant celle-ci Max fera la délicate expérience de se retrouver avec le dos collé à la paroi de glace !...) jusqu'à prendre pied sur le bloc coincé. De là il est possible de planter un bon piton avant de se lancer dans une escalade très impressionnante, les pieds en écarts sur les bords du gouffre, qui permet d'atteindre la sortie.

Lors de notre passage la glace plaquée au rocher, très fine et cassante, a rendu cette longueur particulièrement délicate. Bravo à Max qui s'en est sorti sans encombre !

 

15M

 

15Mbis

                A la sortie de la grotte. (Photos Max)

 

Alors que je viens de rejoindre Max au relais au-dessus de la grotte, nous voyons Christophe, là-haut sur le plateau, qui arrive tout juste pour nous prendre en photos dans la longueur de sortie. Grace à lui nous aurons une belle série de prises de vue de l'extérieur où notre goulotte paraît presque aussi impressionante que la Gousseault-Demaison !

 

16T

             Juste avant la traversée qui permet d'atteindre le petit mur de rocher (Photo Tof)

 

17T

                    Max au dernier relais (photo Tof)

 

19 

Idem mais vu de l'intérieur, nettement moins impressionnant, du moins en photo.

 

20T

                           Au pied du dernier passage d'escalade (photo Tof)

 

21T

                              Dans le passage rocheux sous la corniche (photo Tof)

 

23M

                            Passage de la corniche (photo Max)

 

La goulotte débouche droit dans l'axe d'une énorme corniche. Plutôt que de creuser un tunnel dans ce fragile édifice de sucre glace, il est nettement préférable de traverser d'une dizaine de mètres vers la droite en suivant une étroite vire neigeuse. On arrive ainsi au pied d'un petit mur de rocher bien fissuré qui mène à une corniche de dimension bien plus raisonnable.

 

24T

                             Max sort du passage rocheux sous la corniche (Photo Tof)

 

Max franchit la corniche avec une aisance remarquable. La comparaison étant trop douloureuse, j'ai préféré censurer la séquence où on me voit sortir de ce même passage en rampant...(Vidéo Tof)

 

Il est environ 13 h 30 quand nous sommes tous les trois réunis sur le plateau du Vercors. Tof, notre photographe et guide assistance du jour, a eu le droit à une grosse séance de brassage en faisant le tour par un couloir plus au Sud. Du coup la trace du retour est faite et la voie de descente est repérée, si c'est pas royal ça !...  

 

26

                       Ambiance dolomitique au pied des tours du Playnet

   

27

                Un de ces instants magiques comme le Vercors en offre chaque jour par centaines...

  

Bon ça va finir par être dénué de sens à force que je le répète après chaque sortie mais là il faut bien que je le dise : c'était encore une ligne superbe, démente, magnifique !

Cet itinéraire atteint un tel niveau de perfection qu'il semble avoir été dessiné uniquement pour le plaisir des amateurs de subtilités hivernales  : un joli passage à chaque longueur, un encaissement superbe, un beau rocher offrant de multiple possibilités d'assurage naturel et des difficultés techniques qui croissent progressivement avec comme point d'orgue le fabuleux passage dans la grotte. Il faut ajouter à tout ça le plaisir de parcourir un itinéraire ouvert depuis à peine deux ans, que seul une poignée de petits veinards ont pu découvrir à ce jour.

Bref je n'ai qu'un conseil à vous donner : la prochaine fois que ce petit bijou est en condition, allez-y sans hésiter une seconde !

Repost 0
Published by Rémi D. - dans Alpinisme hivernal
commenter cet article