Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 16:42
Le lendemain d'une soirée sur Grenoble, je mets à profit ma présence sur place pour aller faire le Pilier de la Double Brèche avec Stéphanie.

Situation

Itinéraire

La marche d'approche est salvatrice pour éliminer les restes de la soirée mais j'ai tout de même un bon mal de crâne et mes premiers pas d'escalade sont agrémentés de rots de bière !...Au début je suis légèrement angoissé de me lancer dans 200 mètres d'escalade en tête dans cet état mais l'équipement carrément surabondant des trois premières longueurs me rassure rapidement.

Stéphanie arrive à la fin de L2.

L3
La troisième longueur emprunte une dalle relativement technique contre toute logique. L'itinéraire historique devait certainement être plus à gauche dans une cheminée qui paraît bien plus pratique...

 

Après les trois premières longueurs équipées avec un spit tous les trois mètres, on peut être surpris de faire les quinze derniers mètres de la quatrième longueur sans trouver aucun équipement. L'escalade n'y est pas difficile et la pose de protection complémentaire est possible, mais le rocher est très délité.

La cordée qui nous précède dans le fameux dièdre en 6a de L6.


Stéphanie sort de L6 après avoir imité les vocalises d'un choucas qu'on égorge pendant une bonne dizaine de minutes...

Après une cinquième longueur assez banale on arrive au clou du spectacle : un grand dièdre légèrement déversant. Le rocher y est très patiné et les spits que l'on voit briller tous les deux mètres incitent avant tout à une chose : tirer au point !


Arrivée de ma camarade à R7

Les deux dernières longueurs sont assez plaisantes. Il y a le vide qui leur confère une belle ambiance et l'équipement s'y fait beaucoup plus discret permettant de rentabiliser un tant soit peu le poids du jeu de coinceur que l'on trimballe depuis le bas quasiment pour rien.

Vu vers le haut depuis R7 (que j'aurais peut être bien dû faire un peu plus haut)

Vue sur les balcons Est du Vercors depuis la dernière longueur.


 Vue sur les arêtes du Gerbier. La dernière fois que je suis venu ici, il faisait légèrement plus frais...

Nous arrivons à la double brèche pour le coucher du soleil et après quelques minutes de contemplation nous redescendons fissa à la voiture que nous atteignons juste avant la nuit noire...

Cette voie me laisse finalement une impression très mitigée...Comme points positifs je retiendrai : le cadre superbe des balcons Est du Vercors, l'ambiance montagne assez marquée et l'intelligence de l'itinéraire qui exploite bien les lignes de faiblesse de la paroi.
Quant aux points négatifs, il y en a un certain nombre...absence de vraiment beaux passages d'escalade (le dièdre de L6 est assez court, très patiné et suréquipé), rocher pas terrible, fréquentation importante et surtout équipement complètement illogique.
Ce dernier point mérite un petit développement : Pourquoi mettre un spit tous les deux ou trois mètres dans les premières longueurs pour après laisser des sections de quinze ou vingt mètres sans équipement ? Soit on équipe à coup de perfo pour faire une voie accessible à tous avec un bout de corde et douze dégaines, soit on laisse l'équipement à l'ancienne que l'on renforce éventuellement dans les passages les plus expos. Mais là c'est un peu n'importe quoi : on est obligé de trimballer un jeu de coinceur mais on en pose que quatre ou cinq sur 200 mètres...De plus, l'équipement se raréfie au fur et à mesure que l'on monte ce qui peut être piégeur pour ceux qui s'y engagerait sans le matériel adéquat. Résultat : ceux qui viennent pour faire une voie entièrement équipée se feront peur (ou mal) et ceux qui viennent faire du terrain d'aventure seront déçus. En outre ce nouvel équipement ne respecte même pas le tracé original de la voie (pourtant le principal intérêt de ce genre de classique) qu'il modifie pour passer dans des dalles compactes.
Bref voilà une classique - loin d'être sans intérêt en elle-même - mais bousillée par un équipement inadapté.
Repost 0