Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 août 2009 4 13 /08 /août /2009 14:17

Après trois jours à écouter tomber la pluie enfermés dans nos toiles de tentes respectives, Roland et moi partons enfin vers ces sommets chamoniards dont je rêve depuis des mois. Nous gagnons donc le refuge Albert 1er avec pour objectif l'Arête de la Table à l'Aiguille du Tour, une course d'arêtes en AD assez longue figurant dans la liste des 100 plus belles du Massif du Mont-Blanc de Gaston Rébuffat.
Une fois arrivé dans ce refuge bondé je reprends avec plaisir mes vieilles habitudes : une bonne tambouille préparée et avalée dans le froid mordant du jour déclinant, bien à l'écart du brouhaha du réfectoire surpeuplé.









Je ne me lasse pas de ces soirées solitaires passées à contempler le ballet des nuages qui joue avec la lumière du crépuscule pour créer un paysage en constante évolution. C'est un spectacle qui a lieu chaque soir depuis la nuit des temps mais qui ne se reproduit jamais à l'identique : la nature nous parle d'éternité et d'impermanence...

L'arête de la table (on peut distinguer la table juste en-dessous et à droite du sommet). Au moment où je prends cette photo je m'imagine déjà prenant pied sur le plateau de cette table de roc après avoir franchi le pas de IV+ mais le lendemain matin le verdict de Roland sera sans appel "C'est beaucoup trop enneigé, on fait la voie normale".
Sur le coup j'aurais un peu du mal à accepter cette décision car, vue du bas, l'arête ne paraissait pas si plâtrée que ça, mais en la voyant depuis le sommet recouverte d'une bonne épaisseur de neige fraîche je comprendrai que l'ancien avait encore raison. Ca aurait été encore une bonne galère dans laquelle je me serais lancé sans réfléchir si j'avais été tout seul...

L'aiguille du Chardonnet, à gauche du sommet on peut voir l'arête Forbes en partie masquée par les nuages. Notre projet initial était d'enchaîner cette course le lendemain de l'arête de la Table mais la météo en décidera autrement. Je commence à croire que la principale qualité d'un alpiniste est l'abnégation...

Au petit matin les nuages qui coiffent les sommets ressemblent à une flottille de vaisseaux extraterrestres...

Dans le petit passage mixte avant le sommet qui agrémente un peu cette course surfréquentée et sans difficulté.


Roland au sommet.

Vue sur l'Aiguille Verte et le Mont Blanc. Deux sommets mais des foules de projets...


La redescente...Traverser des glaciers en plein soleil sur de la neige molle les crampons aux pieds voilà bien une chose dont j'ai horreur...Aujourd'hui c'était 90% de la course !

En voilà une qui a faim !...

Voilà donc la première course de notre séjour...Une course sans piment qui consiste plutôt en une longue marche sur glacier, ça ressemble plus à du tourisme qu'à de l'alpinisme. Trois points positifs cependant :
- On a commencé à s'acclimater ce qui est un préalable essentiel pour faire des courses sérieuses dans ce massif
- On a profité d'une vue superbe sur ce massif que je ne connaissais encore que très peu (c'est la deuxième fois que je viens à Chamonix, la première était pour l'ascension du Mont Blanc l'année dernière mais je crois que je vais devoir y revenir presque tous les ans désormais...)
- J'ai compris que la vue du dessous est très trompeuse quand il s'agit d'évaluer l'enneigement d'une paroi ce qui pourra peut être bien m'éviter de bonnes galères dans l'avenir.

Partager cet article
Repost0