Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 11:09

Ce petit séjour dans le Verdon avait si bien commencé par le petit canyon de la Clue du Haut Jabron...Une descente très agréable et ludique bien que trop courte que je ne détaillerai pas ici par manque de temps.
Le lendemain il convenait donc de partir dans une bonne galère comme on les aime...Et ben on ne pouvait rêver mieux que cette voie conseillée par le pote BE à Anissé. Je m'étais pourtant promis de ne plus jamais faire de voie conseillée par les copains BE depuis notre expérience hivernale à Jojo le Bricoleur...Mais bon il eut été dommage de manquer cette voie que le pote d'Anissé nous décrivit comme "très ambiance"...

Anissé tout sourire au départ des rappels.
Il ne sait pas encore qu'il va mettre presque deux heures à arriver en bas et qu'il va frôler la mort...

Thomas essaye de voir ce que foutent Anissé et son frère...
Anissé et son frangin sont partis depuis presque une heure dans les rappels et on ne sait pas ce qu'ils font...On les entends crier mais leur corde est toujours fixée au premier relais.

Quand ils récupèrent enfin leur corde on se lance avec impatience dans les rappels avec Thomas. Arrivés au deuxième relais, plein gaz et très décalé sur la droite, nous pouvons enfin voir ce qu'il se passe : Anissé est accroché à un arbre une quinzaine de mètres en dessous de nous, son frère est un peu plus bas au troisième relais et leur corde est fixée au deuxième relais.
En fait Anisé a raté le deuxième relais et a lâché la corde pour s'accrocher à cet arbre ce qui, ma foi, n'était pas la meilleure solution...
Avec Thomas on remonte la corde des deux frangins et on l'envoie à Anissé. Ensuite ce dernier se lance dans un grand pendule pour rejoindre son frère. Depuis notre relais c'est une vision apocalyptique qui s'offre à notre regard : En pendulant la corde d'Anissé a détaché une pierre de la taille d'un ballon de foot et notre camarade est en train de penduler droit vers elle...Pendant une seconde le temps s'arrête...On se demande si la pierre va couper la corde ou faire exploser la tête d'Anissé ou de son frère mais par chance celle-ci passe en sifflant entre nos deux camarades.

On était partis tôt pour éviter la canicule et avec tous ces déboires nous attaquons la voie à 11 heures en pleine chaleur...

Anissé dans L1. L2 se déroule dans la faille qui fend le surplomb droit au-dessus...
 


Anissé dans la première longueur en 6a, une fissure large vraiment pas évidente qu'il passera tout en extérieur dans un très beau style.
Quand vient notre tour, c'est thomas, bien meilleur grimpeur que moi, qui se lance dans cette longueur. Mais il se retrouve bloqué à peu près à l'endroit où on voit Anissé sur la photo ci-dessus. C'est donc à moi de m'y essayer, je n'ai pas grimpé depuis quelques temps et je ne suis pas du tout à l'aise : même dans le bas en moulinette je tire au point comme un salaud.
Arrivé au niveau du passage où thomas a bloqué ça me semble carrément trop dur pour moi, en plus le point suivant est loin d'être tout proche...Je n'arriverai pas à passer à l'extérieur par des beaux mouvements d'opposition comme l'a fait Anissé mais il reste une solution : je m'enfonce profondément dans la fissure au milieu de la poussière et des toiles d'araignées puis j'entame un mouvement de reptation...C'est vraiment hardcore, mon casque touche des deux côtés et se coince à plusieurs reprises, j'émets des grognements rauques en luttant comme un rescapé cherchant à s'extraire des décombres. Finalement je suis au relais en quelques minutes, il me manque un peu de peau mais c'est passé...

La vue depuis R1.
Un des rares endroits de cette foutue voie où l'on peut profiter un tant soit peu du paysage...

Thomas disparaît dans la fissure de L2 qui fend le surplomb.
Le ramonage hardcore est loin d'être terminé. L2 est une merveille du genre, juste la largeur du casque et c'est partit pour une quinzaine de mètres de souffrance et d'angoisse...Et avec un sac pendu au baudrier qui se coince de partout c'est encore plus sympa !


Marianne en pleine lutte pour s'extraire de cette fissure...

Au troisième relais. Marianne dont la cheville ne supporte plus les renfougnes est aux anges...Elle aura le droit à un petit répit dans L3, la seule longueur "normale" de la voie dont je n'ai pas de photos.


Thomas dans L4, une large cheminée en 5c pas du tout évidente non plus...

Marianne Heavy Metal spirit...

Voilà donc une voie où on est content quand on arrive en haut et que la torture est terminée. Les cotations sont bien raides et le style de grimpe vraiment particulier. Bravo aux ouvreurs qui n'auraient pas pu trouver de meilleur nom pour leur création...
Une voie à faire en perfecto défroqué avec du AC/DC à donf sur les oreilles et une guitare électrique dans le dos !
Partager cet article
Repost0