Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 12:02

Il fait gris et froid, les précipitations de la veille ont légèrement teinté de brun les eaux de la Drevenne et un vent glacial souffle par intermittence. Nous sommes trois, Youri, mon frangin et moi-même, au pied de la cascade terminale de la première partie des Ecouges.
Vu ces conditions peu motivantes nous hésitons assez longuement avant de nous engager dans ce canyon très encaissé et sans échappatoire. Mais après avoir étudié objectivement la situation nous en concluons qu'il n'y pas de risques rédhibitoires à entreprendre cette descente aujourd'hui : le temps est maussade mais aucune précipitation n'est annoncée, l'eau est légèrement marron mais le débit est tout à fait correct.
Avec mon frère on a un peu l'impression d'aller se geler juste pour le plaisir puisque nous avons déjà fait ce canyon un paquet de fois mais il y a Youri dont c'est un des premiers canyons, alors on y va surtout pour le plaisir de lui faire découvrir la bête.




L'entrée dans l'encaissement. Une main courante a été installée en rive droite pour éviter les blocs siphonnant au pied de cette cascade à l'origine de plusieurs accidents mortels.


On a beau y venir pour la énième fois, impossible de se lasser de ce spectacle !


Le crux du canyon : la cascade qui se jette dans une vasque suspendue, vue du haut et du bas.


Vidéo du passage de la vasque suspendue vu depuis le haut puis depuis le bas.


Un peu plus loin dans l'encaissement.

Petite vidéo d'ambiance...

Descente de la cascade terminale de 65 mètres en rive droite. Ce rappel se fractionne à environ 35 mètres du départ, la main courante en haut de la cascade est à équiper soi-même et c'est très glissant (émotion garantie...). Pour info il est aussi possible de passer en rive gauche avec diverses possibilités de fractionnement (à 25 et 45 mètres du départ si mes souvenirs sont bons) mais c'est moins beau.

Cette descente, sans doute la plus belle du massif du Vercors, nous offre un enchaînement ininterrompu de cascades arrosées, vasques suspendues et rappels plein gaz sans aucun temps mort. On peut regretter une tendance au suréquipement qui nuit un peu à l'ambiance mais l'exploration de cette fabuleuse entaille dans le calcaire du Vercors reste une descente de canyon exceptionnelle dont on ne lasse pas.

Repost 0
Published by Rémi D. - dans Canyon
commenter cet article